Avertir le modérateur

09/09/2013

... et la rue a répondu.

269579_original.jpg

Selon les estimations entre 15 000 et 25 000 personnes se sont rassemblées aujourd'hui dans le centre-ville de Moscou à l'appel du candidat de l'opposition à la mairie de Moscou Alexeï Navalny.

La foule a réclamé un recompte des voix dans les bureaux de vote litigieux et un second tour entre le maire sortant et Navalny pour mieux départager les deux candidats.

Désormais les Moscovites attendent la réponse du pouvoir...

(source photo : http://zyalt.livejournal.com)

Élections à Moscou : le Kremlin accepte l'alternative mais pas l'alternance

BTpxk26IYAA6OVk.jpg

Hier, les Moscovites se sont enfin rendus aux urnes pour élire leur mairie. Une première puisque pendant 10 ans le maire de Moscou était nommé par le Président russe. Une des aberrations "démocratiques" russes a ainsi été levée. Autre nouvelle : contrairement aux élections présidentielles de 2012, de vrais opposants, comme Alexei Navalny ou Sergueï Mitrokhine, ont été autorisés à se présenter pour affronter le maire sortant.

Première victoire de l'opposition : la politique est revenue à Moscou. Au mois d'août les candidats ont activement fait campagne dans les rues de la capitale. Fort de ses 20 000 bénévoles, Navalny a même organisé plusieurs dizaines de rencontres avec les électeurs. Le sortant, Sobianine, est de son côté resté très discret et a refusé de participer aux débats télévisés selon la tradition poutinienne du mépris des opposants.

Qui a gagné les élections ? Le canapé. Les Moscovites sont restés chez eux, la participation a été très faible, autour de 30%. Plusieurs explications à cela. D'abord une date très mal choisie pour le scrutin. Certains Moscovites, à peine rentrés de vacances, ne découvrent sans doute qu'aujourd'hui l'existence de ces élections. Au mois d'août les candidats ont donc fait campagne dans une ville vidée d'une partie de ses habitants... De plus, visiblement les Moscovites ont perdu l'habitude d'élire leur maire dans un scrutin à forte concurrence.

La faible participation ouvre automatiquement la porte à des tractations puisque l'impact d'éventuelles falsifications devient plus grand et l'écart de voix se resserre. L'objectif pour Navalny était d'arriver au second tour. Visiblement, d'après les résultats de l'ONG indépendante Golos, il y est parvenu. Golos annonce en effet, d'après les chiffres soumis par ses observateurs, que Navalny a obtenu 28,54% contre 49,47% pour Sobianin. Donc le second tour devrait avoir lieu. Le chiffre officiel est un peu différent : 27,2% pour l'un et 51,3% pour l'autre. Avec un si faible écart le sortant éviterait donc le second tour ?

Hier à Moscou les urnes ont parlé mais la décision a sans doute été prise tard dans la nuit au siège du gouvernement de la ville et au Kremlin. Certains y défendaient peut-être la nécessité d'autoriser un second tour pour avoir de vraies élections propres, d'autres voulaient assurer leurs arrières et siffler vite la fin de la partie. C'est vrai que le très bon score de Navalny, sa dynamique positive dans les sondages et une importante réserve de voix laissent la porte ouverte à plusieurs scénarios en cas de second tour. Le pouvoir russe a ainsi accepté d'ouvrir la porte à l'alternative aux élections, mais pas à l’alternance.

Les falsifications ont aussi sans doute été moins importantes que lors des dernières élections législatives et présidentielles. Les observateurs pointent du doigt les "votes à domicile" (autre aberration démocratique russe) qui donnent lieu à d'importants écarts avec les chiffres pour les votes dans les bureaux.

Alexei Navalny a donc annoncé que dans l'état actuel des choses il ne reconnaissait pas les résultats des élections et appelait à recompter les voix. Ce soir une manifestation des ses partisans est prévue à Moscou. La rue réussira-t-elle à obtenir un second tour et un espoir d'alternance attendue par une partie des Russes ?

(photo de Nina Zakharkina-Berezner, membre de Russie-Libertés, observatrice hier lors des élections du maire de Moscou. https://twitter.com/ninaberezner)

25/09/2012

Samedi 6 octobre à Montreuil, Forum-concert exceptionnel "Russie : En lutte pour la liberté"

poster-6oct2.jpg

En mémoire d’Anna Politkovskaïa

Le 7 octobre 2006, Anna Politkovskaïa était froidement assassinée à Moscou. sa mort a heurté les consciences aux quatre coins du monde. Six ans plus tard, les tentatives pour étouffer les voix critiques en Russie sont toujours nombreuses.

Le mouvement de protestation populaire initié lors des élections de 2011 est violemment réprimé : passages à tabac, arrestations, condamnations, lois iniques adoptées hâtivement sont autant de moyens mis en place pour faire taire tous ceux qui osent questionner, dénoncer, voir s’opposer.

L’attitude de la justice envers les membres du groupe Pussy Riot, qui paient au prix fort leurs actions de contestation, est révélatrice d’un vaste système qui ne tolère aucune dissension.

L’association « Russie-Libertés », Amnesty international France (AIF), la Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’Homme (FIDH), la Mairie de Montreuil, la Ligue des Droits de l’Homme et la Maison de l’Europe et de l’Orient vous invitent à une journée de débats et de mobilisation solidaire pour les droits humains en Russie.

Samedi 6 octobre 2012 - Mairie de Montreuil

Programme

13:30

Ouverture

Place Anna Politkovskaïa Montreuil

M. Pierre Desgranges

Conseiller municipal de Montreuil et vice-président de la communauté d'agglomération Est Ensemble

Mme Geneviève Garrigos

Présidente d’Amnesty International France—AIF

MMe Souhayr Belhassen

Présidente de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme—FIDH

Mme Vera Politkovskaïa

Fille d’Anna Politkovskaïa

M. Boris Akounine

Ecrivain

14:30

Café

Mairie de Montreuil

15:00

Table ronde

Salle des fêtes de la Mairie de Montreuil

« 2012 : Qui sont les nouveaux contestataires aujourd’hui en Russie ? » Manifestations de masse, performances artistiques, protestions provocantes, les formes de la contestation en Russie sont multiples. En réponse les autorités utilisent tous les moyens de répression à leur disposition, y compris judiciaires.

Quelles perspectives pour la liberté d’expression aujourd’hui et demain en Russie?

Mark Feygin

Avocat du Groupe Pussy Riot

Cécile Vaissié

Professeur à l'université Rennes 2

Anne le Huérou

Chercheuse, maître de conférences à l'université Paris Ouest La Défense

Artemy Troitsky

Critique musical / sociologue

Modérateur : Alexis Prokopiev, Russie-Libertés

16:30 « Qui a tué Natacha ? » documentaire

Salle des fêtes de la mairie de montreuil

Présenté par la réalisatrice, Mylène Sauloy, Sacha Koulaeva, responsable du bureau Europe de l’Est de la FIDH.

Natalia Estemirova (Natacha), défenseure acharnée des droits humains en Tchétchénie a été assassinée le 15 juillet 2009. A ce jour, l’enquête officielle est toujours au point mort.Dans ce documentaire, Mylène Sauloy nous conduit à travers la Tchétchénie, la Russie et l'Angleterre, dans son enquête sur le meurtre de Natalia, amie et collègue d’Anna Politkovskaya, assassinée, comme elle, pour avoir alerté le monde sur les violations des droits humains en Tchétchénie commises sous le régime du président tchétchène Ramzan Kadyrov. Histoire émouvante et poignante d’une femme résolue qui incarne la lutte pour les droits humains dans son pays.

17:30

Table ronde

Salle des fêtes de la mairie de montreuil

« Lutter pour les droits humains aujourd’hui en Russie »

Dans le contexte de répression croissante des libertés en Russie, des initiatives en faveur des droits universels ne cessent pas. Défenseurs des droits humains, journalistes, avocats sont à la fois source d’espoir et premières cibles de la répression.

Sergey Babinets

Défenseur des droits humains, juriste, chercheur au Centre Interrégional contre la Torture (Russie), Joint Mobile Group (Tchétchénie)

Stephania Kulaeva

Responsable de Anti-Discrimination Center MEMORIAL, Saint Petersbourg, Russie

Anne Nerdrum

Responsable Russie, AIF

Modérateur : François Bonnet, Mediapart

18:00

Interventions

Salle des fêtes de la mairie de montreuil

« La diplomatie européenne à l’épreuve du pouvoir russe »

Eva Joly

Eurodéputée, présidente de la commission développement du Parlement européen

François Zimeray* ambassadeur français pour les Droits de l’homme

« Les responsabilités de la Russie au-delà de ses frontières »

Maha Assabalani

Membre du Syrian Center for Media and Freedom of Expression (SCM)

18:30 « Free Pussy riot ! » concert exceptionnel

Bielka

Andrey Zabloudovsky

leader du groupe « Sekret »

Jeanne Cherhal

Noize MC

*sous réserve

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu